Le 31 mai 2018, c’est la procession de Corpus Christi

Histoire de Lisbonne #3 Monlisbonne.com

Le jeudi qui suit la Pentecôte, 60 jours après Pâques, Lisbonne célèbre Corpus Christi, la Fête-Dieu en Français.

Instituée par le pape Français Urbain IV en 1264, la Solenidade do Santíssimo Corpo e Sangue de Cristo (Solennité du Saint-Sacrement du Sang et du Corps du Christ) ou Corpus Christi est un jour férié au Portugal. C’est la plus grande procession de la ville et sans doute ce fut la plus grandiose dans les temps anciensA Lisbonne, les fêtes catholiques sont célébrées avec ferveur mais cela va bien au delà de l’aspect religieux. Elles s’inscrivent dans les traditions séculaires des Lisboètes et sont étroitement liées à l’histoire de la ville. La procession de la Fête-Dieu connaît un fort engouement au XVe siècle et très vite c’était l’occasion pour les classes aisées, les différentes corporations, d’étaler leurs richesses et leur prestige. Ce fut une célébration ostentatoire.

Procession de Corpus Christi à Rossio (oeuvre de Jaime Martins Barata).


Procession de Corpus Christi au XVe siècle à Rossio (oeuvre de Jaime Martins Barata).

Une procession catholique, teintée de paganisme.

Au temps de Joao 1er, une place de choix était réservée à St Georges, jadis St Patron du Portugal. La victoire sur les Castillans était encore vive dans les esprits Portugais. Un «  Saint Guerrier » en armure était ainsi porté sur un cheval blanc. On l’appelait l’Homme de fer. Du fait de leur soutien sans faille au Roi, les corporations et le peuple de Lisbonne étaient mis en avant. Les guildes, partant étendards déployés depuis la Maison des 24, s’avançaient sur des chars richement décorés : un château, un dragon pour le char des cordonniers, un bateau pour les calfateurs. Certaines processions dévoilaient des diables, des sorcières, des bouffons…

Corpus Christi : Joao 1er sous le pallium (oeuvre de Jaime Martins Barata).

Corpus Christi : Joao 1er sous le pallium (oeuvre de Jaime Martins Barata).

Puis enfin arrivaient les confréries religieuses, portées par les cantiques de St Thomas d’Aquin. A coup de clairons, la musique était conduite entre autres par des Africains, qu’on appelait à l’époque les noirs de St Georges :

Cibávit eos ex ádipe fruménti, allelúia : et de petra, melle saturávit eos, allelúia, allelúia, allelúia. Ps. Exsultáte Deo, adiutóri nostro : iubiláte Deo Iacob.Glória Patri… Cibávit eos…

Le diplomate José da Cunha Brochado résume les festivités de Corpus Christi en ces termes : « Pour voir Lisbonne en une seule fois, j’ai regardé la procession de la Fête-Dieu ». Corpus Christi était une célébration ruineuse en son temps. En plus des coûts pour les chars et les costumes, les rues étaient richement décorées par la ville. On déposait des fleurs sur le sol et on couvrait la rue d’auvents. Les balcons étaient recouverts de tapisseries ornées d’or, d’étendards en soie.

O preto de Sao Jorge.

O preto de Sao Jorge.

Une procession au service du Roi.

Le 18e siècle à Lisbonne est marqué par l’avènement du règne de Joao V et du Baroque. Le roi absolu souhaite faire de la Fête-Dieu, une cérémonie de propagande pour son plus grand prestige. Il réorganise entièrement la procession, elle devient hiérarchisée, rigide, bien loin des Corpus Christi chaotiques des siècles passés. Les symboles païens sont proscrits, ainsi que les Africains et les femmes. Au temps de Joao V, Corpus Christi est solennel et somptueux. Le 12 mai 1717, le sécrétaire d’Etat Diogo de Mendonça Côrte-Real écrit au conseil municipal de Lisbonne :

« […] la procession ne doit pas avoir de génisses, de géants, de serpents, de dragons, de tapis d’herbe, de chars ou toute autre chose similaire qui représente une corporation. Pas de dances, ni de présence de maures qui accompagnent St- Georges. Le pallium ne doit pas être en laine, on doit utiliser un tissu plus riche ».

Ainsi, en remodelant Corpus-Christi, le Roi Joao V nous dévoile sa propre vision sur l’organisation de son pouvoir, celle d’un Etat s’appuyant sur l’Eglise toute puissante et sur sa Majesté.

Procession de Corpus Christi au temps de Joao V. 1587 santons réalisés par l’illustre Diamantino Tojal.

Procession de Corpus Christi au temps de Joao V. 1587 santons réalisés par l’illustre Diamantino Tojal.

Corpus Christi, aujourd’hui.

Si le grandiose n’est plus à l’ordre du jour à Lisbonne, Corpus Christi reste une fête religieuse très célébrée où les règles anciennes sont toujours respectées. Pour beaucoup de pays d’Europe, dont la France, cette vieille tradition a (presque) disparu. Reste aujourd’hui pour les plus curieux cette possibilité d’assister à la procession séculaire de Lisbonne ce jeudi 31 juin 2018. Vous trouverez ci-dessous l’affiche officielle :

Mots clés ayant permis de trouver cet article :

  • Corpus Christi Lisbonne
  • Pélerinage Fatima
  • Visite religieuse Lisbonne
  • Fêtes religieuses Lisbonne
  • Fête-Dieu Lisbonne
Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *