La tragique histoire de « Tascabeat du Rosario »…

Les personnes qui sont venues à Lisbonne le savent, on peut lui attribuer de nombreux superlatifs. Son histoire riche, palpable en un battement de cils. Sa géographie avantageuse plein sud lui donnant un climat jalousé.

Vedette des reportages télévisés, elle se la pète avec ces étudiants étrangers qui rêverait de s’y voir travailler.

Lisbonne charme. Lisbonne envoûte. Elle charme et les personnes d’esprit sain y sont sensibles… Elle est joueuse, peu farouche et dévoile volontiers son jardin secret : Alfama. Le touriste lambda s’y sent comme un poisson dans l’eau ou plutôt comme un nageur dans son bain si l’on connait l’origine étymologique de ce village ancien.

L’attrait est indéniable.

Résister aux plaisirs charnels de cette demoiselle parfumée de fleur d’orangers et aux desseins assumés n’est pas humain.

La pénétration est féconde et ses bambins ne se comptent plus sur les doigts de la main. Parler de viols prémédités n’est pas exagéré pour cette femme qui a pourtant su conjuguer le verbe Aimer. Désormais, dans ces organes pourrissants d’un cancer puissant, le vice ère. Partout ? Non!

Parmi ses chérubins, il en est encore un, niché dans un coin. Un lieu fameux pour plein de je-ne-sais-quoi. C’est au pied de la muraille que Lisbonne cache ses entrailles. Je vous parle d’un lieu qui devrait être mort. Un lieu où les gens chantent et discutent. Où les cameras, les appareils photos et les téléphones se font rabrouer lorsque leurs lumières se mettent à clignoter. C’est du temps de la radio que ce genre de lieux aurait dû exister.

Malgré les transformations sociétales accélérées de ces dernières années, les valeurs de cet ado dissipé ont su résister.

À sa fondation, une troupe de musiciens à l’ouïe inouïe. Scandaleusement généreux dans le partage du talent qui les anime, les sons produits sont différents chaque dimanche mais la qualité les unit. Témoin de cette perfection, le silence qui règne alors que les musiciens se préparent. Les émotions me gagnent et les larmes joyeuses sont à deux doigts de trahir ma sensibilité. J’applaudie fort. J’aime éperdument les voix charismatiques dont regorge Tascabeat. Ecrire sur ce que je ressens est un non sens car seul être témoin (ou plutôt acteur) de cet évènement permet de comprendre.

Leur mère peut être fière des gènes qui ont formé un des mômes les plus surdoués de la cité.

Aujourd’hui, j’y vais. La der-des-der dit-on.

Cette ville qui s’asphyxie vient de tuer son bébé… Peut on rester les bras croisés et subir cette fatalité ? Si certains le croient, moi non ! Les solutions sont là pour défendre le lien social généré par cet enfant prodige que l’on doit ressusciter !

Petition à signer :

Traductions de cette page

Cagnotte Leetchee (créé par monlisbonne, entièrement versée a tascabeat do Rosario)

@ et # a volonté

About elliotsc

Je m’appelle Elliot. Né dans les Alpes au pied du Mont Blanc il y a 28 ans j’ai étudié le management puis la finance ce qui m’a amené à voyager beaucoup. J’ai aujourd’hui un Master en Management et de longues années d’expériences dans les sports suivants: télémark, golf (hcp6), body-surf, velo, hockey, escalade... En 2013…. Apres deux ans 1/2 d’entreprise, j’ai eu envie de changer d’air … A vélo, je fais une halte à Lisbonne pour me faire l’oreille à cette nouvelle langue. Mon objectif est le Brésil. Mais… Conquis par Lisbonne, je décide d’y rester … Aujourd’hui je suis et serai votre futur guide ( si vous le voulez bien ?) En attendant la joie de vous rencontrer, laissez moi partager avec vous quelques conseils sur la ville que j’aime.
Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *