Hommage à Carlos de Lisbonne

“O Fim”

Carlos de Lisbonne ou la perte du plus grand talent du Bairro Alto…

Sa vie remplie vient de se terminer. Nul ne saura le remplacer.

Carlos de Lisbonne

Carlos de Lisbonne, l’unique photo prise par monlisbonne.com dans son atelier de Bairro Alto Faïences et collections diverses offrent un décor unique…

Carlos, dans une rue discrète du Bairro Alto qu’il animait de ses passions n’était jamais au repos. Un homme aux deux visages, collectionneur et restaurateur de faïences.

Le collectionneur indomptable

Lors de nos visites guidées, il peut nous arriver de tomber sur des clients avides d’extraordinaire. Carlos était alors notre botte secrète. Il était à la fois avenant et cultivé. Savant et qualifié, il était capable d’épater les plus vifs explorateurs et les aventuriers mais aussi les enfants les plus durs à dompter.

Carlos, qui se réfugiait derrière la porte numéro 20 de la rua da Vinha nous a quitté. Notre hommage ne sera même pas une miette de ce qu’il a su nous donner.

Collectionneur de beau et de mémoires, il avait dans son bazar, des pièces très rares. D’un sceptre de Goering, aux uniformes militaires des chemises noires, de la jeunesse salazarienne, ou encore des guerres coloniales biens rangées dans son armoire, son goût pour l’histoire n’a jamais trahi une once de croyance. Plusieurs costumiers du cinéma ont fait appel à ses pièces uniques.

Les pièces uniques de Carlos

Les pièces uniques de Carlos

Le restaurateur orfèvre

Son hangar recelait aussi nombre d’objets incongrus : des postes de radio de toute beauté, des cartes géographiques bien conservées,  des vieux drapeaux ou encore des photos qui ne peuvent être oubliés.

Dans ce joyeux souk, on ne pouvait être qu’émerveillé et surtout interloqué par cet amas de faïences prêtes à être restaurées. C’était ça son réel métier. Elles s’entassaient et venaient du monde entier. Sur leur carte d’identité il ne fallait pas s’étonner de voir plusieurs siècles de traversées.

Spécialiste, il avait sur son atelier une palette colorée où il pouvait mélanger jusqu’à 10-12 couleurs pour atteindre le bleu escompté. ou ce qu’un profane voit blanc se révèle être pour lui la réelle complexité d’un mouchetage d’une multitude de pigments grisés noirâtres et cyan.

J’ai grâce à lui compris l’ampleur de la tâche de l’imitateur. Il doit savoir dompter des dizaines, des centaines de techniques brossées, des pleins et des déliés. Le fait de s’approprier les époques où l’épaisseur d’un carreau de faïence a autant d’importance que les matériaux ne peut lui faire défaut.  Étalé sur des siècles de pratique, son savoir se mesure par son humilité.

Son talent était unique. Son souhait était de le divulguer. Une crise cardiaque l’en a empêchée.

Si tu me lis Carlos, c’est qu’un de tes vieux amis traduit… Je te demande de transmettre ton savoir et ta passion à un minot patient. Tu m’as trop marqué pour que ton expérience parte en fumée.

Ensuite seulement, je te souhaite de bien te reposer. Jamais je ne t’ai vu performer cette activité. C’est pour ça que tu m’as marqué pour l’éternité.

Longue vie et bon vent.

About elliotsc

Je m’appelle Elliot. Né dans les Alpes au pied du Mont Blanc il y a 28 ans j’ai étudié le management puis la finance ce qui m’a amené à voyager beaucoup. J’ai aujourd’hui un Master en Management et de longues années d’expériences dans les sports suivants: télémark, golf (hcp6), body-surf, velo, hockey, escalade... En 2013…. Apres deux ans 1/2 d’entreprise, j’ai eu envie de changer d’air … A vélo, je fais une halte à Lisbonne pour me faire l’oreille à cette nouvelle langue. Mon objectif est le Brésil. Mais… Conquis par Lisbonne, je décide d’y rester … Aujourd’hui je suis et serai votre futur guide ( si vous le voulez bien ?) En attendant la joie de vous rencontrer, laissez moi partager avec vous quelques conseils sur la ville que j’aime.
Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *